Les problèmes d’électricité statique et la combustion

Souvenez-vous de votre enfance, à l’école. Vous jouiez à frotter une règle en plastique contre votre pull et vous attiriez des bouts de papiers.

Maintenant imaginez que vous avez sur votre pupitre des confettis posés et les confettis collés sur votre règle. Vous soufflez. Lesquels s’envolent ?  Ceux qui sont posés puisque ceux de la règle sont comme collés.

Expliquons scientifiquement cette expérience : Le mouvement de votre bras communique à la règle par frottement  une charge électrostatique qui attire les confettis. Cette charge électrostatique a pour effet de compacter et d’attirer les solides (confettis).

A l’échelle atomique, les fluides (carburant, air eau…) sont des solides.

De la même manière le déplacement de fluides dans des canalisations créé un frottement qui charge les canalisations (comme la règle), canalisations qui communiquent leur charge électrostatique aux atomes composant les fluides (comme les confettis). On dit alors que la tension superficielle des fluides augmente. Une molécule de carburant va se fermer : l’air va avoir du mal à y pénétrer, donc elle va bruler partiellement.

Mais il y a pire : non seulement la molécule est fermée, mais en plus elle se repousse avec l’air comburant :

Les moteurs sont dits à « combustion forcée ». Parce qu’ils mélangent des fluides (air et carburant) qui se repoussent. Il faut donc tout l’art du constructeur pour mélanger au mieux en augmentant la pression, la diffusion au travers d’appareils d’injection toujours plus sophistiqués. Pourtant les moteurs dernier cri ne brûlent que 75% du carburant. Pourquoi ?

Voici un secret soigneusement gardé : dans un moteur l’air se frotte dans le filtre à air et le carburant dans le filtre à carburant. Ils se chargent d’éléctricité statique. Or deux fluides qui ont la même polarité électrique se REPOUSSENT.


En résumé deux phénomènes empêchent une combustion parfaite dans votre moteur, et sont communs à tous les carburants et hydrocarbures (essence, diesel, gpl, bio ethanol…) :

La charge statique du carburant a un effet collant sur la molécule qui se ferme en augmentant sa tension superficielle. La surface d’échange avec l’air est réduite. A gauche la molécule fermée, à droite la molécule ouverte, telle qu’elle devrait être dans l’idéal :

schemaortho

 

 

 

La charge statique de l’air amplifie cet effet répulsif.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *